LICRA

Ligue Internationale Contre le Racisme et l’Antisémitisme

Président : Jérôme CONSCIENCE

 

Vice-président : Jean-François Lévy
Secrétaires : Claire Vuillemenin & Myriam Elyassa
Trésoriers : Franck Defrasne & Kevin Hitsch
Date de création de la section du Doubs : mars 1995
Nombre des adhérents : 55 (section Doubs)

www.facebook.com/licra25


Introduction

Organisation universaliste et apolitique de lutte contre les racismes (y compris le racisme anti-blanc) et l’antisémitisme (y compris d’extrême gauche se cachant derrière l’anti-sionisme).

Profondément laïque, elle défend les valeurs républicaines : Liberté, Egalité, Fraternité.

L’association a pour objectif d’être vigilante. Elle combat le racisme au quotidien et la banalisation des actes xénophobes, en apportant une aide juridique aux victimes, souvent mal informées de leurs droits. Elle est très attentive aux propos racistes ou antisémites tenus dans la presse, à la télévision et à la radio et sur Internet.

La Licra lutte contre les discriminations liées à l’origine, la nationalité ou à la pratique religieuse des personnes dans tous les champs de la société : emploi, logement, éducation, santé et sport.


La Licra s’appuie, tant dans son travail de prévention auprès de la jeunesse que de sensibilisation de l’opinion publique, sur ce formidable vecteur qu’est la culture, notamment la littérature, le théâtre ou encore le cinéma, pour déjouer le diktat des préjugés.


Les militants sont, bien entendu, les maillons essentiels de l’organisation interne, au sein de plus de 60 sections réparties sur l’ensemble du territoire.


Soucieuse de la liberté de la presse, l’association poursuit publiquement les incitations à la haine et à la discrimination. Elle veille aussi à attaquer systématiquement toutes les publications négationnistes, en réclamant le retrait des ouvrages. Sur le web, la Licra poursuit les sites ayant des contenus racistes ou antisémites, et incite les hébergeurs à plus de responsabilité et de vigilance. Finalement, elle veille à attaquer les propos xénophobes contenus dans certains discours politiques. Les condamnations qu’elle a déjà obtenues sont la preuve que de telles déclarations ne sont pas des opinions mais des délits.